Soutien à la recherche et à l’innovation en e-santé

e-santé-recherche-médicale

Le soutien à la recherche et l'innovation en santé numérique passe par l’accompagnement concret de projets particulièrement prometteurs.

La santé numérique au service de tous

A l’aube d’une ère nouvelle marquée par l’avènement de la santé numérique, la Fondation de l’Avenir poursuit son action en faveur du plus grand nombre.

 

De l’accompagnement de la personne en situation de dépendance à la prévention des maladies, la Fondation et ses partenaires soutiennent toujours plus d’initiatives qui pourront aboutir à une utilisation quotidienne dans les années qui viennent.

 

Voici plusieurs exemples concrets de projets prometteurs accompagnés par la Fondation qui s’adresse à toutes les générations, vulnérables ou non, malades ou simplement à l’écoute de leur santé :

 

Exemples de projets e-santé soutenus en 2016

  • Hypertension artérielle : développement d’un système d’autoévaluation numérique

Mis en oeuvre par le docteur Nicolas Postel-Vinay à l’hôpital européen George Pompidou (groupement hospitalier Paris Ouest – AP HP).

 

Objectif :

 

Ces recherches visent à poursuivre la validation et le perfectionnement d’une démarche automatisée ayant pour but d’aider les patients mesurant eux même leur hypertension à domicile.

L’étude repose sur deux outils numériques déjà validés (le logiciel Hy-Result et l’autoquestionnaire Hy-Quest).

Le  programme comprend une évaluation de la perception des patients quand à l’utilisation de l’applicatif Hy-Result.

Les résultats permettront l’écriture d’un algorithme complémentaire destiné à accompagner les patients ayant des niveaux de pression artérielle élevés à adopter une conduite de santé adaptée.

Cette enquête observationnelle multi-centrique concerne un nombre très important de patients puisque actuellement près de la moitié des 12,5 millions de personnes hypertendues en France ont déjà recours à l’auto-mesure tensionelle au domicile.

  • Suicide : prévention des risques par la mise en place d’un dispositif SMS (Short Message System)

Mis en oeuvre par le professeur Sofian Berrouiguet à l’hôpital de Bohars (Centre hospitalier régional universitaire de Brest).

 

Objectif :

 

Le suicide est responsable de près de 10 000 morts par an en France. Après un geste suicidaire, le recontact postal, téléphonique ou par SMS est utilisé pour conserver le lien entre soignant et patient.

La littérature a montré l’intérêt de ces dispositifs sur la réduction de la récidive. Pour améliorer l’adhésion aux soins et prévenir la récidive, cette étude propose d’inclure les proches des patients ayant réalisé des comportements suicidaires en s’appuyant sur le contact par SMS.

 

Exemples de projets e-santé soutenus en 2015

  • Télémédecine : maintien à domicile des patients atteints d’une pathologie cancéreuse

Mis en oeuvre par le docteur Julia Quintin au centre René Gauducheau (Institut de cancérologie de l’Ouest, Saint-Herblain).

 

 

Objectif :

 

La télémédecine, actuellement sous utilisée en cancérologie, doit permettre une optimisation de la prise en charge du patient en renforçant la continuité des soins sur le domicile.

L’objectif est de proposer un suivi en télémédecine aux patients en phase palliative avancée, avec décision d’arrêt de la chimiothérapie afin d’optimiser leur parcours de soin.

L’utilisation de la télémédecine permet de maintenir un lien fort avec le centre référent, d’assurer le contrôle satisfaisant des symptômes souvent exacerbés en fin de vie tout en préservant la qualité de vie des patients, notamment en limitant les venues au centre qui sont sources de fatigue et d’inconfort.

Ce projet s’intègre dans une volonté de travail collaboratif autour du patient entre les différents acteurs de l’établissement (oncologue référent, médecins de soins palliatifs, infirmière de parcours de soins palliatifs), et les intervenants du domicile (infirmiers libéraux, psychologue, kinésithérapeute, médecin traitant) de manière à favoriser la coordination et la continuité des soins.

Les patients inclus dans l’étude seront équipés de tablettes numériques et bénéficieront au minimum d’une évaluation hebdomadaire réalisée par l’IDE (infirmier diplômé d’Etat) de parcours, basée sur l’évaluation et la gestion des symptômes, l’accompagnement psycho-social et l’évaluation du maintien à domicile.

L’oncologue référent et le médecin de soins palliatifs pourront se joindre à cette consultation, de même que les intervenants libéraux en fonction des problématiques rencontrées.

Des consultations intermédiaires, via la tablette, pourront être déclenchées si le patient en ressent le besoin. En cas de maintien à domicile difficile, en appui avec l’évaluation du médecin traitant, une hospitalisation sera envisagée.

Ce projet pilote doit permettre d’étudier la faisabilité d’utilisation de la télémédecine en situation palliative avancée et d’identifier ses impacts. En fonction des résultats obtenus, l’objectif serait dans un second temps de proposer une étude randomisée multi-centrique comparant une prise en charge palliative conventionnelle, basée sur des consultations aux centres référents et des échanges téléphoniques, à une prise en charge palliative par télémédecine telle que proposée dans cette étude.

  • Co-Assist : création d’un bracelet d’alerte connecté destiné aux personnes dépendantes

Porté par la société Co-Assist, représentée par Jean-Yves Champagne, ingénieur de l’Ecole Centrale à Paris.

 

Objectif :

 

En partenariat avec La Mutuelle Générale, la société Co-Assist développe un prototype de bracelet connecté permettant l’accompagnement à distance les personnes en situation de dépendance. Ceci passe notamment par l’évaluation du dispositif sur un plan ergonomie, autonomie et mobilité.

La singularité de ce bracelet connecté réside dans sa faible consommation, sa simplicité d’utilisation et sa grande étendue d’alerte.

Développé pour les personnes âgées atteintes de maladie neurodégénératives, ce bracelet devrait permettre aux personnes vulnérables  de retrouver de l’autonomie et  soulager leurs aidants.

Ce dispositif, n’est encore qu’un prototype. La preuve du concept apporté par cette étude devrait conduire rapidement à un développement industriel du bracelet connecté.

 

Exemple d’un projet e-santé soutenu en 2014

  • L.E.N.A. : Logement Évolutif pour une Nouvelle Autonomie

Mis en oeuvre le Centre d’Expertise National des Technologies de l’Information et de la Communication (CENTICH), en partenariat avec les services de soins infirmiers à domicile mutualistes et le foyer logement Clair Soleil à Saumur.

 

 

Objectif :

 

L’hospitalisation d’une personne âgée peut être révélatrice des difficultés relatives au maintien à domicile. Or, le personnel médical aidant constate que les sorties d’hospitalisations mal préparées et ou précipitées accroissent ou déclenchent la fragilisation des personnes âgées, ce qui conduit régulièrement à des ré hospitalisations.

Ce projet a pour but d’évaluer les effets d’un appartement « de transition » assisté sur le retour à domicile des personnes en sortie d’hospitalisation.

Dans cet espace équipé des nouvelles technologies numériques et domotiques, les personnes pourront tester différentes aides, qui, aménagées ensuite chez elles, doivent faciliter le retour et la vie quotidienne au domicile pour garder le maximum d’autonomie.

Elles recevront de façon complémentaire les conseils de professionnels en ergonomie/ergothérapie, qui procéderont à des évaluations afin d’aider au choix des équipements et accompagner la prise en main.