Parole de chercheur : professeur Isabelle Auquit-Auckbur

équipe-de-recherche-du-professeur-Isabelle-Auquit-Auckbur-(rouen)

La revitalisation d’un membre qui n’est plus irrigué à la suite d’un accident ou d’une maladie vasculaire est souvent aléatoire. Le professeur Isabelle Auquit-Auckbur (Rouen) envisage d’améliorer les traitements en passant par un modèle expérimental.

Pourquoi un modèle d’ischémie totale d’un membre ?

Les circonstances qui interrompent l’irrigation d’un organe sont nombreuses. Plusieurs techniques chirurgicales ou médicamenteuses existent pour rétablir la circulation sanguine, mais sans pouvoir toujours éviter des handicaps voire une amputation. En 2013, nous avons lancé notre projet de mise au point d’un modèle fiable, qui reproduit pour la première fois une ischémie complète. Le but est de déterminer le temps d’absence d’irrigation maximum tolérable qui permet une bonne récupération musculaire. Nous avons démontré que ce temps est de 4h30.

Quelles sont les nouvelles thérapeutiques ?

Lors de la reperfusion après une chirurgie réussie, la circulation ne se rétablit pourtant pas toujours correctement et la récupération musculaire est limitée. Les injections intramusculaires actuellement pratiquées ne sont pas systématiquement efficaces. L’intérêt de notre modèle est de suivre une voie de recherche encore peu explorée, l’injection intra-artérielle de médicaments. Nous travaillons sur  la mise au point d’une préparation riche en cellules souches, extraites du tissu adipeux car on sait qu’elles favorisent la cicatrisation. Elle devrait donc aider à la régénération musculaire et nerveuse.

 

Légende photo : équipe du professeur Isabelle Auquit-Auckbur (à droite)