Fondation de l'Avenir

Nouvelle séance commune de la Fondation de l’Avenir et de l’Académie Nationale de Chirurgie

07.10.2019

De gauche à droite et de haut en bas : le Pr. Martin, le Pr. Allaire, le Pr. Vazquez, Mme Zolesio, le Dr. Gerard-Varet, le Dr. Eveno, le Dr. Baeur, le Pr Poirier

La séance était coprésidée par le professeur Xavier Martin, président de l’Académie Nationale de Chirurgie et le professeur Eric Allaire président du comité scientifique de la Fondation de l’Avenir. Au cours de cette séance, différents exposés ont éclairé l’auditoire sur l’évolution de la place des femmes dans la profession chirurgicale.

•    Le professeur Marie-Paule Vazquez, chirurgien pédiatrique à l’Hopital Necker enfants-malades (AP-HP) a introduit cette séance sur la difficulté des femmes à pratiquer la chirurgie au cours de l’histoire. Elle explique notamment que pendant le Moyen-Age « La chirurgie était interdite aux femmes, à moins qu’elles ne reprennent la pratique de leur mari décédé ou qu’un jury « compétent » ne les juge aptes. »
•    Emmanuelle Zolesio, chercheur associé (Université Clermont-Auvergne, ESPE) note que « l’on compte 70% d’étudiantes dans les promotions de reçus en deuxième année de médecine). Pour autant la chirurgie demeure un « bastion masculin » comptant un pourcentage de féminisation bien plus faible que toutes les spécialités médicales. »
•    Le docteur  Jean-François Gerard-Varet, président du conseil régionalde l’ordre des médecins (Bourgogne-Franche-Comté) a ensuite fait part des aspects démographiques. « La question de la féminisation des effectifs chirurgicaux doit être fondée non pas sur la bi-catégorisation mais sur l’appréciation des facteurs conjoncturels. »
•    Le docteur Clarisse Eveno, chirurgien digestive, (CHR Claude Huriez, Lille) et membre du conseil scientifique de la Fondation de l’Avenir, a partagé son parcours universitaire en rappelant ses différents soutiens par la Fondation de l’Avenir (1er prix des chirurgiens de l’Avenir, responsable du master de sciences chirurgicales et membre du conseil scientifique de la Fondation de l’Avenir).
•    Le docteur Sophie Baeur, chirurgien thoracique et cardio-vasculaire (Melun) ; a ; à son tour, partagé avec l’assemblée son parcours libéral. « Flexibilité, adaptabilité intelligence émotionnelle et entière responsabilité : ce sont bien ces qualités qui font choisir la chirurgie, et qui peuvent pleinement s’exprimer en établissement privé. »
•    Enfin, la séance s’est conclue avec un retour historique sur l’activité de Marie Wilbouchewitch-Nageotte (1864-1941) Première femme chirurgien, présenté par le professeur Jacques POIRIER, professeur de classe exceptionnelle (Pitié-Salpêtrière, Paris). « Marie Wilbouchewitch (…) est la deuxième femme à avoir été nommée à l’internat des hôpitaux de Paris. »

Depuis sa création en 1987, la Fondation de l’Avenir apporte son soutien aux chercheurs soucieux de faire progresser la science chirurgicale. Fidèle à l’esprit de ses créateurs (les chirurgiens de la clinique de la porte de Choisy). C’est dans cette optique qu’aura lieu le 19 novembre prochain, à l’académie de chirurgie, la remise des prix des chirurgiens de l’Avenir. Ce prix a pour but de récompenser les étudiants les plus prometteurs du Master 2 de Sciences chirurgicales.

Retrouvez l’intégralité des séances de l’Académie Nationale de Chirurgie : cliquez ici